Eszter Forrai

Son histoire douloureuse, elle l’a transcrite en vers – elle est une poétesse qui fait désormais figure d’autorité en Hongrie. Elle est notamment décorée de la Croix d’Or du Mérite de la République de Hongrie et invitée chaque année à la Maison des écrivains de Budapest où son œuvre littéraire est présentée et défendue par l’intelligentsia artistique et littéraire.

C’est après avoir suivi des études de lettres russes et hongroises à Budapest, qu’elle quitte son pays natal en 1962 pour vivre à Paris et y poursuivre son travail d’écriture tout en étant correspondante pour les journaux hongrois.

Or, depuis quelques années, Eszter ressent le besoin de peindre et commence par illustrer son travail littéraire, comme si selon ses propres termes, « les mots devenaient couleurs ».

Eszter Forrai parle d’ailleurs « d’osmose » entre ces deux disciplines : « Je n’ai jamais appris la peinture, je suis autodidacte. On disait que mes descriptions étaient des peintures, qu’elles étaient pensées comme des tableaux et maintenant on affirme que mes tableaux sont poétiques ! »

Dans un premier temps, Eszter a commencé par pratiquer le dessin. Cependant, l’encre, la gouache et le collage se sont très vite ajoutés à ses pratiques plastiques et elle développe aujourd’hui une technique mixte très personnelle où elle travaille les papiers, les matières, qu’elle colle, griffonne et transforme etc. pour faire naître formes, silhouettes et visages dans une œuvre vivante et colorée.